Évolution de 1941 à 1944

Les déportés du KL-Natzweiler étaient originaires de toute l'Europe. Pour la plupart, ils furent transférés d'autres camps de concentration, mais aussi de prisons, de ghettos ou encore de camps d'internement.

Ils avaient été arrêtés pour des motifs divers. Les premiers déportés du camp étaient essentiellement allemands, déportés de droit commun, « asociaux » ou déportés politiques.

Pour tous, le processus d'admission au camp fut identique : descente à la gare de Rothau, montée au camp à pied ou en camion, enregistrement sous un numéro matricule, dépouillement de toute identité et affaires personnelles, ainsi que des poils et des cheveux, désinfection, et distribution de vêtements dépareillés et parfois de tenues rayées.

 

À partir de 1942, ils étaient soviétiques, parfois prisonniers de guerre, polonais ou originaires des territoires annexés par le IIIe Reich (Tchèques, Alsaciens et Lorrains).

 A partir de l'été 1943, les premier convois de déportés NN arrivèrent à Natzweiler. Arrêtés comme Résistants, ces derniers étaient tombés sous le coup des décrets nazis de 1941 dit Nacht und Nebel (« Nuit et Brouillard »). Ces décrets visaient à faire disparaître les Résistants et, de manière générale, tous les opposants à la force d'occupation allemande. Emprisonnés ou déportés, entièrement coupés du monde extérieur, ils étaient voués à une mort lente par le travail, l'épuisement, la faim et les maladies. Certains déportés passaient par la suite en jugement devant le tribunal de Breslau ; d'autres furent maintenus sans procès dans les camps. Leurs familles et proches ne recevaient plus aucune nouvelle d'eux.  Résistants de différentes nationalités (ils étaient français et norvégiens, mais aussi belges, néerlandais etc.), ils arrivèrent au KL-Natzweiler en provenance de divers lieux d'internement en Europe. Parmi les Français se trouvaient de nombreux militaires, notamment membres de l'Armée secrète et de l'Organisation de résistance armée.

 

Enfin, à partir de 1944, le nombre de déportés dans le camp central à Natzweiler et les camps annexes explosent. De nouvelles catégories de détenus apparaissent. Par exemple, cinq camps annexes furent exclusivement féminins : des Juives hongroises et polonaises, transférées d'Auschwitz, participèrent à l'économie de guerre.

Les raisons de l'internement à Natzweiler se différenciaient au cours des années de guerre selon un ensemble de circonstances historiques et de décisions prises par l'administration nazie, au gré de leurs besoins.