Les déportés du KL-Natzweiler

Les déportés du KL-Natzweiler, arrivés de toute l’Europe, proviennent de tous les horizons. Ils sont, sauf exception vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, tous masculins. En grande majorité, ce sont des déportés politiques, dont les « Nacht und Nebel », mais aussi des Juifs (déportés dans ce camp très largement pour raisons politiques), Tziganes, homosexuels… Tous découvrent un univers où ils ne sont plus que des numéros et des sous-hommes.

 

Près de 52 000 personnes d’une trentaine de nationalités différentes ont été déportées au KL-Natzweiler ou dans ses camps annexes : les plus nombreux sont les Polonais (35 %), suivis des Soviétiques (25 %) et des Français (14 % avec un groupe d'Alsaciens-Mosellans), puis arrivent les Belges, les Norvégiens, les Luxembourgeois, mais aussi des Allemands, Grecs, Yougoslaves, Tchèques, Autrichiens, Lituaniens, Néerlandais, Italiens et Slovènes…