Le camp après-guerre, les procès et la mémoire

Parmi les responsables du camp de Hessental, Wicker fut tué par l’armée américaine à la libération du camp de concentration de Dachau ; le commandant du camp Walling fut condamné à 20 ans de prison en novembre 1947 par le Tribunal général de Rastatt pour crime contre l’humanité ; il purgea 10 années.

Ce n’est que dans les années 1970, grâce aux recherches de la scientifique Elke Schabet-Berget et du journaliste Michael S. Koziol, que le camp ressurgit dans les consciences. À l’instigation de l’association “ Collectif pour le mémorial du camp de concentration de Hessental ”, en collaboration avec la municipalité de Schwäbisch Hall, un lieu commémoratif fut ouvert le 5 avril 2001 sur l’ancien emplacement du camp.