Une mémoire vivante

Depuis la fin de la guerre, l’histoire et la mémoire du site ont évolué au rythme de la conscience collective française. Le Struthof est désormais le Haut-lieu national de la mémoire de la déportation.

La grande majorité des présidents en exercice se sont inclinés devant le Mémorial de la déportation :

  • le général de Gaulle, le 23 juillet 1960, 15 ans après la Libération des camps, pour l’inauguration du Mémorial ;
  • Georges Pompidou, le 28 juin 1970, à l’occasion du 25ème anniversaire de la Libération des camps ;
  • Valéry Giscard d’Estaing, le 29 juin 1980, pour le 35ème anniversaire ;
  • François Mitterrand, le 28 avril 1985, l’année du 40ème anniversaire ;
  • Jacques Chirac, le 3 novembre 2005, afin de clôturer les cérémonies du 60ème anniversaire de la Libération des camps et d'inaugurer le Centre européen du résistant déporté ;
  • François Hollande, le 26 avril 2015, avec les principaux dirigeants des instances européennes, lors de la Journée nationale de la déportation et à l'occasion du 70ème anniversaire de la Libération des camps.

Chaque jour, le site accueille plus de 1000 personnes de toute l'Europe. La moitié des visiteurs sont des scolaires.