La création d’un musée du Struthof

Inauguration du premier musée au Struthof

Dès 1960, la création d'un musée est envisagée par la Commission exécutive dans la seule baraque-dortoir subsistante. Le 27 juin 1965, une exposition y est inaugurée par Jean Sainteny, ministre des Anciens Combattants le jour de la cérémonie annuelle. Elle présente de nombreux objets originaux. Ses collections sont le fruit d’une collecte d’objets et de dons spontanés d’anciens déportés. Témoignage fort et précieux de l’histoire du camp, l’exposition est un complément au Mémorial.

L’incendie criminel de 1976

En 1976, le musée est ravagé par un incendie criminel, détruisant plus de 95 % des collections. Quelques rares objets sont sortis des décombres et placés dans le nouveau baraquement reconstruit à l'identique. Après de nouveaux actes de vandalisme en 1979, une exposition est réalisée par Alfred Mantzer, ancien déporté de Neuengamme, et Paul Blasy, ancien déporté de Dora, avec le concours de Mme Annick Burgard, membre de la Commission exécutive.

Le musée reconstruit en 1980

L’exposition est inaugurée par M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République française, le 29 juin 1980. Dans les années 80, des dons sont effectués par d'anciens déportés et leurs familles, complétés par des panneaux illustrant la période 1939-1945, les combats résistants contre le nazisme, la déportation au KL-Natzweiler et dans les autres camps. Cette exposition est montrée au public jusqu’en octobre 2004.

Le nouveau musée du KL-Natzweiler

Parallèlement à la création du Centre européen du résistant déporté, le musée dans l’ancienne baraque est entièrement repensé pour être exclusivement consacré à l'histoire du camp de concentration de Natzweiler et de ses camps annexes. Cette nouvelle exposition met en valeur les informations et documents inédits issus de la recherche, sous couvert d’une muséographie plus moderne.